Le défi nippon

Je crois qu’une nouvelle saison de mes délires est en train de s’écrire. Pour celles et ceux qui ne le savent pas, je pense souvent écrire un Sitcom ayant pour thème Moi, un peu a la Seinfeld sans l’humour juif, les millions et la pitoune de service hebdomadaire. Et pour ceux et celles qui ne le savaient pas, j’aime pas ça quand c’est simple ou quand je risque d’être heureux.

Cette nouvelle saison va probablement avoir comme thème principal ma tentive de séduction d’une femme qui s’appelle Satomi Nakagawa. En partant, elle n’est pas issu d’un manga ou d’un profond manque d’imagination lubrique; a moins que ce ne soit qu’un surplus de cette imagination… Elle existe et je l’a voit environ une fois par semaine.

C’est une des premières fois de ma vie ou je prends les devants, que je l’invite, que je suis intéressant et intéressé. Donc un jour, je me dis:  » je crois avoir été assez clair avec mes intentions, mais je vais quand même lui tirer les vers du nez, je vais lui demander comment je fais pour la courtiser. Je m’attends a deux options; elle est intéressée ou j’ai mal lu le jeux et elle ne l’est pas du tout et merde je viens de perdre une amie (bah!) Je vous épargne les détails, mais c’était mon premier  »non circonstanciel », je l’explique; étant donné qu’elle a déja vécu une relation a distance (alors qu’elle ne croit pas rester au Canada très longtemps) et qu’elle est encore blessée par une relation passée, elle se dit qu’elle n’est pas dans un état ou elle peut s’attacher. Ce qui est bien correcte avec moi, mais elle aurait très bien pu me dire un non banal avec un peu de bullshit. Me faire battre par moi-même, parce que j’ai pas l’air trop sérieux, ou parce que je suis dont bon comme ami, j’ai l’habitude… me faire battre pour des facteurs extérieurs pour lesquels je n’ai pas de contrôle… je sais même pas comment réagir.

Je l’a voit régulièrement pour des spectacles et je lui donne des leçons de français (elle aime d’ailleurs beaucoup le ç qui se trouve dans mon nom!) Il me semble qu’on est suffisamment différent pour avoir une bonne dynamique; il me semble aussi que je suis suffisamment rassurant, accueillant, écoutant, intéressant pour qu’elle se sente avec moi dans un état d’euphorie, mais surtout qu’elle se sent autant chez elle dans mes bras que dans sa banlieu de Tokyo. Il me semble qu’elle pourrait arrêter de courrir après sa queue et qu’elle pourrait s’arrêter un instant pour tenter d’être heureuse. Elle court depuis quelques années déja, il me semble que c’est assez pour se retrouver. Mais en même, une des grandes constances universelles est que je ne sais rien a rien, alors je vais laisser aller les choses. Comme j’ai déja dit a une collègue de travail qui me demandait comment allaient mes pseudo-dates avec elle,  »je ne crois pas que mes enfants s’enlignent pour avoir les yeux bridés. » Mais ça, c’est moi a mon plus pessismiste.

Je suis en train de lire :

  • Richard Dawkins: The God delusion
  • Joseph Heller: Catch-22
Publicités

2 commentaires

  1. Dans tes bras? ah ouais!:)

    Je m’abonne à ton sitcom en RSS!!

    J'aime

    • Tu peux bien rire; tu n’as jamais essayé, mais je peux te garantir qu’on y est bien! Je peux surement aussi te fournir des références 🙂

      J'aime


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s