Grippe porcine

Complément du post TheOnion VS Canoe.qc.ca 

C’était pas prévu comme ça, mais j’ai une preuve supplémentaire de mon propos. La grippe porcine, vous savez c’est quoi? Moi non plus. Je sais maintenant que 19 canadiens l’ont et que il y a des morts un peu partout dans le monde. C’est tout. Ah non, que la viande ne transmet pas le virus! On m’a conseillé de ma laver les mains souvent et de ne pas fréquenter les aéroports inutilement. Mais qu’il n’y avait rien de grave. Mais on ne me présente que le nombre de cas et le nombre de mort, et quelques vidéos de porcs qui jouent je crois; qu’est-ce que vous-voulez qu’ils fassent d’autre. 

Mon point est pourtant simple. Vous ne pouvez pas me dire que rien n’est grave en me présentant que des statistiques morbides. Pas plus que vous devez m’alarmer en me disant de manger du porc pour ne pas débalancer les ventes de viande. Dans cette nouvelle, http://www.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2009/04/20090430-092627.html , l’article se contredit tellement de fois que ça en est triste. 

Je ne suis pas un espèce de tata (jugement de valeur) qui croit que les médias ont pour but de faire peur et de contrôler les masses pour aider au climat de surconsommation. Googlez cette phrase vous allez voir de quoi je parle. Je suis utopiste (dans le sens le plus pur: u=aucun + topia=endroit, donc impossible) donc je crois qu’on a droit à un vrai article de journal sur le sujet, ou sur le net, qui explique si j’ai plus de chance d’avoir cette grippe qu’une grippe « normale » et j’aimerais voir côte-à-côte les statistiques de décès des deux. http://www.inspq.qc.ca/Santescope/element.asp?NoEle=58 Quand même beaucoup de gens en meurt ici; je me demande si des pays moins habitués à la grippe en général ont un taux de mortalité plus haut par ce fait, peut importe la grippe… 

J’ai menti. Ces articles existent, mais personne ne consulte le site internet du Devoir et de Radio-Canada. Alors voici. http://www.ledevoir.com/2009/04/30/248160.html et http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2009/04/27/001-H1N1-accueil.shtml J’aimerais ça être original, mais non! 

Pendant ce temps, je suis prêt à me sacrifier. Amenez moi une Mexicaine et un filet de porc, je vais me la jouer à la Jackass! Ou pas… oubliez le filet de porc!

Publicités

theonion.com VS canoe.qc.ca

Question de ce post: suis-je cynique ou bien simplement lucide. 

Prennez 1 minute pour aller voir ces deux sites, peu importe la journée.

http://fr.canoe.ca/

http://www.theonion.com/content/index

Est-ce que c’est moi? Le journal satirique de fausses nouvelles est plus pertinent que le  »vrai » site de nouvelles? Je m’explique. Le site de Canoe donne des nouvelles, des trucs réels. Il informe sur les sujets locaux et internationaux. Donc j’imagine que si je le lis à tous les jours, je vais pouvoir avoir quelque chose à dire a mes collègues au travail pendant ma pause. Par contre, ça me donne quoi de revoir le point de presse de Bob Gainey, que de savoir que le thé vert est bon pour moi, qu’un jeune de 20 ans roulait a 200km/h et qu’il s’est tué. Ces nouvelles vont me procurer 20 secondes de choc, d’émotions positives et/ou négatives, mais après ça? Rien du tout. Je ne sais juste pas quoi faire de cette information. A la limite, ça fait en sorte que lorsque quelqu’un va trouver pertinent de me parle de l’un de ces sujets-là, son plaisir, et à une plus petite échelle le mien, va se trouver moins grand. 

Dans ma grande démagogie, je préfère de loin le sute de TheOnion. Pas seulement parce que c’est souvent très drôle, mais parce qu’il ne prend pas pour un con. Je vous garantie que sur le site de Canoe le mot démagogie en début de paragraphe aurait été surligné et assorti d’un hyperlien pour expliquer le mot. Par contre, je vous fait assez confiance, comme le site de TheOnion, pour que vous ayez le moyen d’aller chercher l’information si il vous la manque. Aussi, surtout, je suis beaucoup plus informé sur les sujets dont les articles satiriques traitent. Ce site ne me dit pas comment vivre, ne me dit pas ce qui doit être important, mais me montre un coté de l’humour qu’on ne voit pas souvent. Ce site, et les différents médias TheOnion, veut mon bonheur. A chaque article qui traite des injustices on sent qu’il déplore la situation. Ce n’est pas seulement un défilement de mise à pied qui est cité lorsqu’il traite de la crise économique actuelle. Il trace un faux portrait d’un chez d’entreprise qui a battu son propre record de nombre de licenciments et d’excuses bidons. Donc, en lisant ça je n’ai pas lu une série de chiffre qui n’alimente en rien le débat et ma compréhension, mais une réelle critique du phénomène. Je ne sais pas pour vous, mais après avoir lu que 100000 personnes perdaient leur emploi ça m’énnerve que ce soit la fin de la nouvelle. J’aimerais savoir qui, pourquoi, n’importe quoi d’autre, mais pas seulement un chiffre qui sert à me chocker, mais au bout du compte, fait l’effet contraire. 

A toutes les fois que je pense à ce phénomène, je pense à l’été 2006. C’est l’été ou les stations services ont changé leurs pompes pour pouvoir mettre les prix à plus d’un dollar le litre. Le rapport? Je me souviens du choc de l’annonce, que c’était donc l’enfer, que nous devions boycotter Pétro-canada (pourquoi pas une autre marque, je n’ai jamais compris l’acharnement non plus) Les prix sont allé jusqu’à 1.25$ si ma mémoire tient le coup. Par la suite les prix ont baissé à environ .95$. Puis graduellement, le flirte vers le haut; 1.01$, 1.10, descente à 1.05$… baisse et hausse… et maintenant, c’est souvent .95$ le prix qui est de mise. Par contre, quand ça monte a 1.10$ personne ne se surprend, notre seuil de douleur collective a été augmenté. Je parle pour moi uniquement encore une fois, mais 1000 emplois perdus ne me fait plus réagir. Je vais aller prendre un thé vert je crois que j’en ai besoin.

Les Canucks de Vancouver.

Voici un post pour mon biographe, pour l’aider à comprendre un aspect douteux de ma personnalité.

Quand j’étais jeune je jouais pour les Canucks de Deux-Montagnes. J’ai commencé à les écouter dans le temps ou Pavel Bure était un dieu sur la glace. J’ai commencé à tripper sur le style de jeux de l’Ouest. Et depuis ce temps, les Canucks me procure tout le fun que j’ai quand j’écoute le hockey. 

C’est tout.

Ça fait pas mal le tour.

 »Man goes to doctor. Says he’s depressed. Says life seems harsh and cruel. Says he feels all alone in a threatening world where what lies ahead is vague and uncertain. Doctor says « Treatment is simple. Great clown Pagliacci is in town tonight. Go and see him. That should pick you up. » Man bursts into tears. Says « But, doctor…I am Pagliacci. »

Promesse

Pas maintenant, mais je fais la promesse d’expliquer et de refaire mon post  »Just un petit pas vers l’avant », j’ai trop de questions et de doutes, mais aucun commentaire. Preuve scientifique que la codéine n’aide en rien à l’écriture, donc pourrait être utiliser aux olympiques.. si l’écriture était aux olympiques.

Juste un autre petit pas vers l’avant

Ce post sera un peu plus volumineux que les autres, pipi break optionnel.

Bon. Pour la plupart des gens ce ne sera pas une surprise, mais je crois nécessaire de mentionner que je suis athée, ou nonthéiste si je veux suivre une nouvelle mode. Pas la version soft qui lit son horoscope de temps en temps avec un attrait détaché; pas la version qui souhaite secrètement avoir tort; pas la version non plus qui croit au destin, à la Providence (je mets le  »p » en majuscule par habitude) que tout arrive pour quelque chose. Pourquoi? Parce que ça nous réduit en tant qu’espèce.

Je viens de terminer la lecture du livre  »The god delusion » de Richard Dawkins (http://richarddawkins.net/). En passant, je conseille ce livre à tous, que vous croyez ou non, que le sujet vous touche ou non. Je suis maintenant rassuré. Je ne suis pas le seul. C’est drôle à dire, mais d’avoir raison et de se sentir isolé est aussi ridicule qu’effrayant. Si vous avez moindrement sursauté en lisant la dernière phrase, je vous rassure c’est voulu. Comment je peux faire cette affirmation alors que je n’ai pas de preuve de ce que j’avance? Pourquoi je brise cette trève polie du respect du choix et l’opinion de l’autre? Pourqui me pends-je? (sic* pour la grammaire) Parce que, à l’évidence en 2009, ça ne fait pas le poid. 

Je vous avertie tout de suite, en tant qu’occidental, je n’inclus dans mes propos que mon point de vue. Je ne suis pas assez prétentieux pour faire parler les autres. Je peux comprendre les premiers homo sapiens sapiens qui devant une tempête d’éclair se sentaient impuissant et croyaient qu’il y avait une puissance supérieure en jeux. Je peux comprendre que les peuples de Mésopotamie qui vivaient dans un oasis dans un territoire désertique croyaient à une quantité de dieux devant ces miracles quotidiens. Je peux comprendre les Grecs anciens qui devant une curiosité alors inégalée se buttaient à une foule d’obstacles technologiques ce qui leurs permettaient de savoir que les éclairs étaient causés par le frottement des nuages (pas mal quand même) mais que la pluie était causé par le surplus de nuage que le soleil n’avait pas eut le temps de manger; que la Terre était définitivement sphérique mais qu’elle était le centre de l’univers: le soleil n’est pas mesurable a l’oeil nu et on s’entendra que de penser qu’une sphère plusieurs centaines de fois plus grande que la Terre nous réchauffe grâce à des réactions nucléaires perpétuelles (bon c’est pas tout à fait ça, mais quelques milliards d’année c’est long) n’est pas évident à comprendre même aujourd’hui sans être expert. Je continue en passant outre la religion des Romains qui est une copie quasi-exacte de la religion des Grecs. Jusqu’ici, il y a un dieu, une déesse, une manifestion anthropomorphique** pour tout et rien. Puis, viens en scène les religions que les anglosaxons appellent  »Abrahamic » le judaïsme, les christianismes et en poussant un peu dans le temps la religion de l’islam, qui ont rejetées pour absurde que le monde soit peuplé des dieux parce qu’il n’y a qu’un dieu***. Dans le livre mentionné plus haut, une phrase m’a sérieusement fait passé pour fou dans le métro alors que l’auteur dit que  »toutes les religions monothéistes ne sont qu’à un pas d’être athéistes. » Sérieusement c’est tout un progrès que de passer de plusieurs centaines de dieux à un seul. (Les chrétiens ont tout gâché de ce progrès avec les anges et les saints, mais on n’arrête pas le progrès pour autant) Puis, à mesure que nous avançons dans le temps, dans le progrès, en faisant connaissance avec notre Monde, en regardant toujours plus loin en distance dans l’univers, mais aussi en distance dans l’infiniment petit, la/les religion(s) sont vu pour ce quelle(s) est(sont), de la littérature ancienne, du folklore, une curiosité historique.

Et c’est ici, que je commence à avoir tort.

C’est mon impression, mais plus on s’affranchit des religions plus le fossé se creuse, plus les dogmes,bien…, deviennent dogmatique. J’entends dejà quelques commentaires du genre:  »les athéistes aussi le deviennent. » Voici ma réponse, oui c’est vrai. Vous (personnes qui croyez en une religion ou une autre) ne pouvez pas imaginer la peine que j’ai de voir mes semblables se détruire pour un livre de fictions, une série de rites ou parce que leur dieu d’amour n’est pas le même que l’autre; ou de voir des parents élever (j’ai failli utiliser le terme empoissonner, mais je ne voulais pas me faire critiquer et être taxé d’être insensible) leurs enfants dans une religion (n’importe laquelle) alors qu’ils ne savent pas encore ce qui forme la pluie, les éclairs et que la Terre est non seulement une sphère qui tourne autour du soleil, mais surtout que nous faisons parti de la plus grande abhération, miracle(?), que l’univers a connu jusqu’à présent. Est-ce que en employant le mot miracle je me contredis? Je pense plutôt que je fais le même réflexe que les premiers homo sapiens sapiens; j’utilise un concept connu en attendant que nous trouvions une réponse à cette question. Mais, attendez-vous pas à ce que j’érige des statues et que je limite vos droits et libertés pour autant. On a 160000 ans de freinage à rattrapper.

 

*ça veut dire oui en latin, dans le sens  »eh oui » j’utilise telle expression ou telle tournure de phrase.

**ça veut qu’on donne un forme humaine à une manifestion qui ne l’est pas ou qui ne devrait pas l’être. Par exemple, le dieux des chrétiens est souvant représenté par un espèce d’homme blanc, à la barbe blanche. 

***je vais mettre ce mot en minuscule, comme je mets le mot licorne, fée, ange, en minuscule.