Nostalgie II

Ça faisait longtemps qu’une attaque de nostalgie ne s’était pas emparée de moi. Il y a de cela trois semaines, j’ai fait du ménage dans mes mp3.

J’étais et je suis toujours un fan de The Tea Party depuis leur premier album et je n’ai effectivement manqué qu’un seul de leur spectacle à Montréal, leur premier. J’ai trouvé dans ma banque de mp3 un spectacle qui se passe à Montréal le 27 novembre 1999. J’y étais alors avec mon ex Annie. Nous avions l’habitude de nous rendre tôt aux spectacle du Métropolis pour s’assoir au balcon. Les mp3, pour un bootleg, sont vraiment de très bonne qualité, on entend la basse, pas de statique et même on entend très bien les voisins de la personne qui fait l’enregistrement, en fait même un peu trop. On entend les cris, les chants et les conversations. Pendant une des chansons, j’ai un flash et je me dis  »C’est weird la basse est moins forte parce que c’est un enregistrement parce que le bassiste faisait aussi le clavieriste et c’était une pré-enregistrement qui la faisait’. Au même moment, une des voix prédominantes dit exactement la même à la personne qui l’accompagne… C’est moi qui expliquait à Annie ce qui venait de se passer, c’est ma voix qui criait et c’est ma voix qui chantait de façon maladroite.

Ça m’a fait tout drôle, une chaleur et un vertige. Non seulement j’ai un souvenir de ces temps, mais j’ai aussi une preuve consultable à tous moments. C’est drôle d’entendre mes commentaires, mon rire, celui d’Annie. Je suis dans les interwebs maintenant!

Publicités

Ah! les messages virtuels.

Je viens de sortir d’un bar qui s’appelle le Edgar  »l’hyper taverne » pour participer à un party de bureau des plus classiques. Réellement j’y allais pour courtiser une collègue qui pour des raisons qui m’échappent, m’attire beaucoup. Je ne sais pas si c’est parce que je n’ai que des  »nons » circonstanciels à mes avances plutôt qu’un vrai qui fait en sorte que je persiste. J’aimerais vraiment qu’elle me dise que non elle n’est pas intéressé au lieu de me servir le très faible  »nous sommes des collègues de travail » ou bien quand je l’ai invitée, une ou deux fois à une sortie extra-travail, elle m’a servi  le  »je n’aime pas mettre des étiquettes sur ce qu’on peut faire, le mot date met de la pression inutile ». Juste non ferait l’affaire. Avec une vraie raison ça serait tellement mieux. Mais bon, ce sera pour une autre fois, j’ai perdu l’envie de courir. C’est dommage pourtant, parce qu’elle embrasse bien et si vous me connaissez un peu, vous savez l’importance que j’accorde à ce détail et à quel point c’est plutôt rare.

Mon titre est confondant parce que je n’ai pas réglé ce truc par un message virtuel. Pas ce problème là en tout cas. D’autres, oui. Je suis chicken de nature et ce moyen me permet de m’exprimer. Triste n’est-ce pas? C’est surement mieux que rien. Après avoir appuyé sur  »send » trop tard, plus de censure, plus de recul, c’est fait.  Résultats? Je ne sais pas, il est 5:15 du matin, je devrais vraiment être couché.